Interview de Jorge Garcia

Publié le par The Last recruit

L'acteur Jorge Garcia (Hurley) parle de ses adieux :  

 Variety propose un essai sincère et typiquement modeste de Jorge Garcia, Hurley/Hugo Reyes dans Lost. Il y parle de quitter la série qui l’a rendu célèbre. On vous en propose l’intégralité.

 

"Le 24 avril à 17 heures, me voilà au chômage.

 

Je viens de boucler le tournage de la sixième saison de Lost. Le boulot qui est allé bien au delà de ce que j’aurais pu imaginer vient de prendre fin.

 

Lorsque j’ai auditionné pour Lost, j’étais encore un acteur de plus au chômage qui tente ce qu’il peut pour atterrir dans un pilote. Lorsque j’ai rencontré les producteurs, il n’y avait rien de précis pour moi mis à part quelques traits du personnage de Sawyer.

J’avais un bon feeling suite à l’audition, tellement que même si je n’avais pas eu le rôle, le plus important était que j’avais donné le maximum et que je ne pouvais pas faire mieux. Puis j’ai eu un appel pour me dire qu’on allait me faire passer un test et qu’ils allaient écrire des scènes spécifiquement pour moi. Je me souviens m’être fait la remarque que j’étais le seul ’Hurley’ à attendre pour ce test. J’ai appelé mon agent après coup, sur le parking pour lui dire que ça devait être plutôt bon signe.

 

Lorsque j’ai été pris pour le rôle, je n’avais pas encore lu le script du pilote. Tout ce que je savais c’était que la série était une série de J.J. Abrams et qu’elle serait tournée à Hawaï. J’ai pensé qu’au minimum, j’avais gagné de longues vacances à Hawaï.

 

Déménager à Hawaï était comme un rêve devenu réalité. lorsque je bossais à Westwood, je me souviens avoir vu une photo de Kelsey Grammer dans sa maison Hawaïenne et j’ai pensé à cette époque qu’avoir une maison à Hawaï était le signe de la réussite. A Los Angeles, je me suis demandé ce que je pouvais bien pouvoir amener à Hawaï pour une série dont je ne connaissais pas la durée de vie. 6 ans plus tard, dans ma maison d’Hawaï, je me demande ce que je vais prendre de toutes les affaires amassées à Hawaï le temps de la série.

 

C’est pendant le pilote et notre premier été de tournage, que notre groupe s’est soudé. Non seulement c’était le thème de la série mais nous nous retrouvions littéralement ensemble sur une ile. C’est ce qui nous a rapproché. On allait chacun chez les autres le week end et les nuits où on ne tournait pas. Quand la diffusion de la série a débuté, nous allions voir l’épisode chez celui qui était concerné par l’histoire, on pouvait comme ça se féliciter entre nous.

 

Nous n’avions aucune idée de ce qui se passait dans la série en dehors des scripts que nous lisions chaque semaine. Nous savions que nous étions entrain de faire de la télé qui n’avait rien à voir avec ce qu’on avait pu voir jusqu’ici. Nous croisions les doigts et espérions que nous allions trouver un public qui aimerait ce que nous faisions.

 

Le premier épisode de la série a marché plus que nous ne l’espérions et je me souviens avoir dit aux autres acteurs le lendemain : ’j’espère que vous vous sentez bien à Hawai parce qu’on est là pour un moment.’

 

Tandis que les saisons progressaient, les moments où on nous reconnaissait dans la rue se faisaient de plus en plus fréquents. Je me souviens lors de la saison 1, il me suffisait de m’attacher les cheveux pour qu’on ne me reconnaisse pas. Maintenant, ça ne sert plus à rien, ni porter un chapeau, ni des lunettes de soleil. A cette époque, Daniel Dae Kim et Terry O’Quinn avaient remarqués qu’ils aimaient bien être avec moi pour passer inaperçu, puisque j’étais le seul que l’on reconnaissait.

 

Hawai a été un endroit merveilleux pour se cacher pendant 6 ans. Parfois, j’arrivais à penser que Lost était juste une petite série que je faisais avec des amis dans la jungle. Je nous ai toujours considéré comme des bohémiens jusqu’à ce que je sois forcé à reconnaitre que cette série devenait énorme avec les nominations aux Golden Globes et autres. JJ Abrams a toujours voulu que mon expérience des récompenses soit la plus facile possible, c’est même lui qui m’a fourni mon premier smoking sur mesure.

 

Je pense que le temps passé sous les tentes du tournage sera ce qu’il me manque le plus. On chantait des chansons avec Terry et Naveen, on faisait des mots croisés et des partie de Scrabble.

 

Mon dernier jour sur Lost a aussi été mon plus long : 20 heures. Sans rien révéler, je peux dire que le tournage était périlleux, physique et mouillé. Mais ça ne pouvait pas être mieux. Pouvait-on finir autrement cette série épique qu’avec une nuit de tournage tout aussi épique ? A la fin nous ne pouvions que penser que la fin allait être très émouvante pour nous mais nous étions trop fatigués pour pleurer.

 

Je dois admettre que j’étais quelque peu en pleurs avec Matthew Fox. Je dois le remercier pour tout ce qu’il m’a appris et tout ce que l’on a pu faire ensemble, dont un voyage au Japon pour voir Green Day lors de notre premier été de tournage. A cette époque, voyager au dernier moment dans un pays étranger était loin de ce que je pouvais me permettre mais rien dans Lost n’était quoi que ce soit imaginable un jour.

 

Je suis resté un peu à la fin pour voir comment se déroulait la conclusion et je me souviens que Jack Bender faisait tout pour reculer l’inévitable, je crois même qu’il a demandé de retourner une scène pour reculer la fin du tournage.

 

Je n’arrive pas vraiment encore à réaliser mais je pense que je prendrai conscience quand le final sera diffusé et que je prendrai l’avion une dernière fois à l’aéroport d’Honolulu en tant que résident Hawaïen.

 

Je ne sais pas encore ce que sera ma prochaine aventure. Je sais juste que ce sera difficile de rivaliser avec celle là."

 

Sources: Lost Hypnoweb , Variety et Unification France

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article